EESTEL partenaire de la conférence Moyens de Paiement des RCN 2014

EESTEL partenaire de la conférence Moyens de Paiement des RCN 2014

LOGO EESTEL

L’Association EESTEL, née en 1998, regroupe des experts fonctionnels, techniques, et réglementaires des systèmes de transactions électroniques : paiement, services marchands, billettique, dématérialisation, identité électronique, santé, sécurité, NFC, certifications, etc.
Les experts d’EESTEL partagent ainsi leur expérience au sein d’une structure au jugement global et indépendant.
EESTEL contribue à promouvoir et étoffer l’état de l’art en la matière à travers ses principes fondateurs :
• Excellence d’un réseau fédéré de spécialistes des systèmes de transactions électroniques, incluant les cartes à puce, les mobiles, les terminaux, les réseaux, la sécurité des transactions et des systèmes, et les systèmes permettant acquisition, émission et autorisation
• Métiers complémentaires couvrant un spectre étendu : architecture de services, approche métier, technologies et architectures techniques, conduite de projets – tests – homologation – certification
• Indépendance totale de tout groupe financier ou industriel
EESTEL réunit aujourd’hui 46 membres, représentant plus de 1 000 années d’expertise, en leur permettant d’échanger autour des thèmes clés des transactions électroniques par la mise en place de groupes de travail, débats thématiques, veille technologique et marketing permanente et la conception d’événements tout au long de l’année.

 

Président : Eric Nizard, Directeur de LIC et Président d’EESTEL

Eric Nizard, Président d'EESTELEric Nizard est Ingénieur de l’Institut Polytechnique de Toulouse et Docteur-Ingénieur en Conception Assistée des Systèmes de l’Université des Sciences et Techniques du Languedoc. Après une carrière dans l’industrie du logiciel et dans l’informatique appliquée à l’automobile chez PSA, il a fondé en 1990, LIC, société de conseil et d’ingénierie en systèmes et technologies numériques, qu’il dirige aujourd’hui.

Les activités de LIC s’appuient sur son expertise en infrastructures et sécurité de l’informatique et des systèmes de transactions électroniques, carte à puce sans contact, NFC

Eric Nizard est aussi depuis 2005, Président de l’Association EESTEL (Experts Européens en Systèmes de Transactions Electroniques) qui regroupe aujourd’hui 46 PME.

Eric Nizard est aussi membre fondateur du cercle de réflexion Victor Hugo, dédié à la contribution des PME dans les systèmes numériques.

 

Interview d’Eric Nizard : Ses réponses à nos questions

1. Présentation de votre association

L’Association EESTEL, née en 1998, regroupe des experts fonctionnels, techniques, et réglementaires des systèmes de transactions électroniques : paiement, services marchands, billettique, dématérialisation, identité électronique, santé, sécurité, NFC, certifications, etc.

Les experts d’EESTEL partagent ainsi leur expérience au sein d’une structure au jugement global et indépendant.

EESTEL contribue à promouvoir et étoffer l’état de l’art en la matière à travers ses principes fondateurs :
– Excellence d’un réseau fédéré de spécialistes des systèmes de transactions électroniques, incluant les cartes à puce, les mobiles, les terminaux, les réseaux, la sécurité des transactions et des systèmes, et les systèmes permettant acquisition, émission et autorisation
– Métiers complémentaires couvrant un spectre étendu : architecture de services, approche métier, technologies et architectures techniques, conduite de projets – tests – homologation – certification
– Indépendance totale de tout groupe financier ou industriel

EESTEL réunit aujourd’hui 46 membres, représentant plus de 1 000 années d’expertise, en leur permettant d’échanger autour des thèmes clés des transactions électroniques par la mise en place de groupes de travail, débats thématiques, veille technologique et marketing permanente et la conception d’événements tout au long de l’année.

 

2. En quoi les moyens de paiement sont-ils un enjeu majeur pour la compétitivité des entreprises ?

Le paiement est une opération complexe, puisqu’elle met en œuvre traditionnellement des composantes fonctionnelles, règlementaires et organisationnelles fortes et durables, dans la mesure où le paiement est au cœur de la confiance.

Aujourd’hui, à l’ère de la dématérialisation, le paiement intègre aussi une composante technique, plus précisément numérique. Et on assiste à une multiplication des moyens de paiement : cartes à piste et à puce, mobile, virement et prélèvement SEPA, mobile, au-delà du chèque et des espèces qui demeurent.

D’autre part, le paiement est, pour les entreprises, un acte fondamental dans tout processus commercial. Il est hors de question aujourd’hui, que l’acte de paiement retarde ou annihile un processus d’achat pour une question technique ou un défaut de fluidité ou de convivialité.

Ce sont toutes les raisons qui font que les moyens de paiement sont un enjeu majeur pour la compétitivité des entreprises.

S’ajoute une dimension sociétale, liée à la nécessaire sécurité de tout acte de paiement, la sécurité étant au cœur de la confiance, avec en plus, la nécessité de protéger les données personnelles du client.

3. Et pour vous, en tant qu’association professionnelle ?

Notre association EESTEL rassemble des professionnels techniques et fonctionnels du paiement. La carte à puce de paiement a vu son origine en France. Les systèmes de paiement électroniques et leur évolution foisonnante constituent donc une thématique majeure au sein de notre association.

4. Quels sont les messages clés que vous souhaitez faire passer ?

Le prochain débat technico-sociétal est celui du choc entre les Big Data, le mobile et la puce sécurisée. Ce choc devra produire des modèles de confiance, au risque de porter atteinte à l’économie, voire même pire.

Il faut continuer à faire de la puce sécurisée, le dispositif nodal d’un paiement sûr, fiable et protecteur pour l’individu. Il faut donc mettre en œuvre des architectures fonctionnelles et techniques où :
– L’identité numérique est sanctuarisée par une puce sécurisée
– Le terminal mobile constitue un champ expérimental d’interface entre l’utilisateur et l’ensemble du monde numérique
– Les Big Data puissent être mises à profit pour cibler des services sur mesure et non pour surveiller les individus

Ce n’est pas ce à quoi nous assistons aujourd’hui, où une apparente efficacité à court terme se fait au détriment d’une confiance durable.

C’est pourquoi la société ne pourra progresser qu’en faisant travailler ensemble des marketeurs, le régalien et des architectes techniques dans un but positif, en France, en Europe, puis mondialement.

Contact info

Please add your content here.